DISCUTER, AGIR, CHANGER... POUR LE TRAVAIL

Quarante ans qu’on leur fait le coup de la préférence française pour le chômage. Et pourtant, les jeunes ne sont pas prêts à accepter n’importe quel emploi, à n’importe quelles conditions. Comment leur donner tort ? Si c’est le travail qui permet de véritablement trouver sa place dans la société, à quoi sert un bullshit job qui ne permet même pas de se projeter durablement dans une vie d’adulte ? Entre généralisation du télétravail, nouvelle répartition entre vie personnelle et vie professionnelle et quête de sens, la jeunesse est aujourd’hui confrontée à une tâche immense : rééquilibrer l’équation du travail.

Qu’a-t-elle à en dire ?

Rejoindre les autres discussions